Interprétation discours politique : mal effectuée, attention danger !

interpretation-discours-politique.jpg

Le dernier épisode en date d’une mauvaise traduction simultanée a fait grand bruit en Europe et dans le reste du monde. Les médias français et étrangers ont immédiatement attisé la polémique suite à l’interprétation des propos de Vladimir Poutine lors de sa rencontre avec Emmanuel Macron. Le président russe a ironisé en évoquant avec précision les 11 morts et 2500 blessés lors des manifestations des gilets jaunes, alors que la traduction officielle parlait de plusieurs dizaines de blessés… Cet incident nous rappelle combien l’interprète joue un rôle important dans le maintien de bonnes relations internationales. Il est donc important de bien le choisir ! Voici comment…

Les enjeux de l’interprétariat politique

A l’heure de la mondialisation, nos hommes politiques, quels qu’ils soient, ont besoin d’interprètes compétents pour entretenir des relations avec leurs homologues étrangers : chefs d’Etat, de gouvernement, ministres, délégations internationales…

Sans le travail minutieux de ces traducteurs, véritables professionnels de l’ombre, aucune nation ne pourrait travailler en étroite collaboration avec les autres. Ils sont nécessaires pour préserver la diversité linguistique, de l’Union Européenne à l’Union Africaine en passant par le Canada ou les Etats-Unis, tout en permettant les échanges entre les hautes personnalisés de chaque Etat.

Les enjeux de l’interprétariat politique sont capitaux :

  • Maintenir de bonnes relations internationales. Le langage est vecteur de paix : bien se comprendre est essentiel.
  • Assurer la prise de décisions politiques et économiques éclairées.

La diplomatie et l’interprétation politique vont de pair. Aucune approximation ou tonalité sarcastique ne sont permises ! Aussi bien le ton que les mots doivent être parfaitement restitués pour éviter l’incident diplomatique qui aurait de lourdes conséquences sur la stabilité de la paix et de l’économie mondiales.

Le choix d’un bon interprète est donc primordial ! Ne sous-estimez pas l’importance de ce partenaire, professionnel de la traduction, mais surtout de l’interprétation simultanée. C’est un acteur important pour favoriser les bonnes relations internationales.

Les clés de la réussite d’une bonne interprétation politique

Un discours politique ne peut être traduit et encore moins interprété par un traducteur classique.

Le traducteur peut prendre le temps de travailler son texte pour en restituer le contenu le plus fidèlement possible. L’interprète, lui, effectue ce travail de traduction de manière simultanée à la prise de parole du personnage politique. C’est l’une des difficultés de ce métier !

Les interprètes de conférence ou interprètes diplomatiques ont des compétences spécifiques pour effectuer une traduction ou une interprétation simultanée. Ils doivent maîtriser bien évidemment parfaitement les langues (langue source et langue cible), mais également les techniques d’interprétation.

Une formation de traduction spécialisée pour connaître les bonnes pratiques

Avant toute chose, un bon interprète doit avoir suivi des études de traduction et d’interprétation.

Il ne s’agit pas seulement de pouvoir traduire une autre langue (allemand, espagnol, japonais, russe…) vers sa langue maternelle (français, anglais allemand, espagnol, italien…). L’interprète doit être capable de faire une interprétation simultanée en respectant les mots et le ton, sans avoir de délai de réflexion ! Ce savoir-faire n’est pas inné, il s’acquiert !

Des écoles de communication proposent dans toute la France des formations spécialisées : master traduction et interprétation (universités de Lyon, Strasbourg, Lille…), master Interprétation de conférences (Paris…), master langues appliquées (LEA) spécialisation interprétation (Toulouse), Ecole Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs (Paris)…

Elles dispensent des cours spécifiques pour acquérir des bases solides à l’interprétariat. Mais cet apprentissage de traduction et d’interprétation ne suffit pas…

Bon à savoir : certaines universités ont obtenu le label Master Européen en traduction (EMT) délivré par la Commission européenne. Il atteste que leurs programmes d’enseignement supérieur répondent aux normes professionnelles reconnues pour ce métier et aux exigences du marché. Les étudiants formés en traduction et en interprétation dans ces établissements sont hautement qualifiés.

De la pratique pour acquérir des automatismes et de l’expérience

Après avoir appris la théorie et les bases de l’interprétation politique, le professionnel va affiner son savoir-faire grâce à une pratique régulière.

Si le traducteur classique peut travailler avec l’aide de certaines technologies de traduction (comme les logiciels de traduction assistée par ordinateur), l’interprète, lui, ne peut compter que sur ses compétences lors du discours prononcé ! C’est un exercice périlleux.

Au fur et à mesure de ses expériences, il se perfectionnera pour :

  • Acquérir une certaine endurance intellectuelle. Il doit mobiliser plusieurs facultés : écouter et parler en même temps (alors que le cerveau humain n’est pas adapté à ce cumul !), analyser rapidement, mémoriser, reformuler…
  • Développer ses capacités d’anticipation. Cette technique lui permet de gagner de précieuses secondes en devinant le mot suivant avant qu’il ne soit prononcé.
  • S’exprimer avec aisance en faisant des exercices de prononciation et de respiration pour éviter les hésitations désagréables à entendre.
  • Maîtriser les différentes techniques d’interprétation (traduction à vue, paraphrase…).
  • Adopter le ton et le vocabulaire adéquats pour transmettre le plus fidèlement possible les paroles prononcées en mettant de côté son propre avis.

La neutralité et la discrétion sont des qualités nécessaires à un bon interprète.Si c’est un acteur important dans l’interprétation, son rôle équivaut à celui d’une doublure : il ne doit en aucun cas surjouer ni surinterpréter selon son propre ressenti. Il s’agit de restituer le sens et le phrasé en restant neutre.

Des recherches en amont pour une interprétation en contexte

Une interprétation politique réussie nécessite un minimum de préparation. Car une bonne traduction ne peut être réalisée hors contexte !

L’interprète doit donc effectuer des recherches sur les intervenants politiques, leur actualité, les enjeux… Il aura ainsi toutes les cartes en main pour anticiper et comprendre plus facilement les échanges pour lesquels qu’il devra effectuer une traduction simultanée. Grâce à son travail préparatoire, son interprétation n’en sera que plus fidèle.

Le saviez-vous ? L’ Association Internationale des Interprètes de Conférence (AIIC) est le seul organisme dédié pour représenter cette profession dans le monde entier.

Les erreurs de traduction politique fragilisent les relations internationales

Si certaines erreurs de traduction politique font sourire, d’autres au contraire peuvent avoir de lourdes conséquences sur les relations internationales.

Il suffit de regarder dans le rétroviseur pour trouver des erreurs d’interprétation qui ont joué un rôle déterminant dans l’Histoire.

Tensions entre l’Iran et l’Israël à cause d’une mauvaise interprétation

En 2005, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad participait à une conférence sur “Le monde sans sionisme”. A cette occasion, il a expliqué qu’aucun pays, ni même Israël, n’était à l’abri d’une disparition comme ce fut le cas pour l’Union Soviétique. Ses paroles ont immédiatement déclenché la polémique en Occident à cause d’une traduction erronée.

On lui a fait dire qu’il appelait à rayer Israël de la carte, alors que son discours évoquait juste l’annonce de l’Imam Khomeiny selon lequel “le régime occupant Jérusalem devait disparaître de la page du temps”. Cette mauvaise interprétation a fait craindre le développement de l’arme nucléaire iranienne contre l’Etat hébreu.

Ce n’est qu’en 2012 que cette affaire a été officiellement démentie après des années de tensions diplomatiques et géopolitiques.

La bombe atomique sur Hiroshima aurait-elle pu être évitée ?

La décision de larguer la bombe atomique sur Hiroshima a été prise après une erreur de traduction. En 1945, le premier ministre japonais a répondu “mokusatsu” à l’ultimatum posé par les Alliés pour obtenir la capitulation du Japon. Dans le contexte, ce mot voulait dire “Je m’abstiens de tout commentaire”. Il a été traduit comme un refus catégorique de capituler. Les Américains ont donc pris acte de cette mauvaise traduction.

L’épisode d’Hiroshima aurait-il pu être évité sans cet élément déclencheur ? La question reste posée…

Heureusement, toutes les erreurs d’interprétation politique n’ont pas de finalités si dramatiques… Mais ces mauvaises expériences en traduction politique nous rappellent un élément essentiel : le choix d’un bon interprète est crucial !

Faites appel à une agence de traduction spécialisée en interprétation politique !

Vous organisez une conférence avec des délégations internationales. Mais vous ne savez pas à qui vous adressez pour cette mission de traduction simultanée ? Confiez-la à une agence de traduction spécialisée en interprétation politique !

Elle mettra à votre disposition son équipe de traducteurs et interprètes :

  • expérimentés dans l’exercice de la traduction simultanée.
  • formés aux techniques d’interprétation pour réaliser une prestation irréprochable.
  • dotés de solides connaissances en politique et diplomatie.
  • au comportement adapté à la situation (discrétion, respect du protocole, diplomatie, confidentialité…).

Ils accompagneront les personnalités politiques pour porter leurs messages dans toutes les langues présentes (même les langues régionales minoritaires s’il le faut !) et faire de cet événement une réelle réussite de relations internationales.

En matière d’interprétation politique, une chose est sûre : si vous devez organiser un événement international, faites appel à une agence spécialisée pour trouver de bons partenaires de traduction simultanée. Les enjeux diplomatiques sont trop importants pour risquer qu’une erreur de traduction viennent entacher les relations avec les autres nations. L’interprète est un élément de choix à ne pas négliger pour réussir cette rencontre entre hommes politiques !

A lire aussi : L’interprétariat médical, un enjeu pour la clientèle d’affaires et les touristes étrangers